(+33) 07 66 81 58 85 patrick.shanta.fr@gmail.com

Pourquoi apprendre à maitriser son souffle ?

 

La respiration permet d’agir sur son état d’être, ses émotions, sa vitalité.

Selon les approches indienne et chinoise, le souffle met en mouvement l’énergie du corps, le sang (circulation sanguine permettant l’apport des nutriments et l’évacuation des déchets métaboliques). Ainsi en agissant sur sa respiration, l’énergie ou force vitale peut être optimisée en circulant mieux dans le corps. Il s’agit même d’un système curatif pour les taoïstes.

Si vous n’avez jamais fait de Qi Gong (gymnastique chinoise) ou de Yoga, ou d’autres pratiques corporelles, vous n’utilisez probablement pas totalement la capacité de vos poumons, la respiration est peu profonde dans la poitrine.

A la naissance la respiration du bébé est naturelle: il y a étirement/contraction du bas de l’abdomen pendant l’inspir et l’expir. Le diaphragme est utilisé de manière instinctive, détendue. Tout le corps s’étend en même temps que l’inspiration. L’utilisation de la poitrine et les muscles intercostaux (avant et arrières) reste limitée.

Figure 1 : schéma simplifié, le diaphragme (en rouge) sépare les cavités pulmonaire et abdominale.

Diaphragme tendu ou détendu ?

 

Quand le diaphragme est sérré-tendu:
  • Les épreuves et tourments de la vie, du quotidien amènent parfois des tensions dans le corps, dans la poitrine, dans le ventre, et avec le tempps diaphragme devient tendu-sérré et parfois se bloque (suite à de fortes émotions).
  • Les poumons ne respirent plus à leur pleine capacité.
Quand le diaphragme est détendu:
  • Lors de l’inspir, il s’étend vers le bas et appui doucement sur les organes internes : il y a extension de l’abdomen.
  • Lors de l’expir, il remonte et les organes internes retournent à leur position initiale, et l’abdomen se contracte.
  • Dans processus, la respiration se fait à pleine capacité et permet de masser les organes internes.

Figure 2 : positions trés schématiques du diaphragme lors de l’expir en rouge, et de l’inspir en bleu.

Vidéo 1 : fonctionnement du diaphragme (vidéo réalisée par l’Université Claude Bernard de Lyon).

 

Conséquences physiologiques selon le Taoïsme

La respiration va augmenter la sécrétion de salive, calmer le système nerveux et réguler la circulation sanguine vers les organes intérieurs du bas de l’abdomen.

L’expansion/contraction régulière du bas de l’abdomen va permettre de rassembler le Qi (énergie vitale) dans cette région, il y aura stimulation :

  • des nerfs coccygéaux (nerfs les plus bas de la colonne vertébrale),
  • des nerfs sympathiques (proviennent des régions thoraciques et lombaires de la colonne),
  • des nerfs parasympathiques (proviennent du début du cerveau et sacrum)

Cela génèrera une circulation constante du Qi dans la colonne vertébrale.

Pendant un inspir profond :

Le cortex surrénal et la moelle surrénale (situés au dessus des reins) sont activés par les nerfs sympathiques, et la pression du diaphragme vers le bas .
Les glandes surrénales s’activent, l’énergie remonte le long de la colonne vertébrale et contribuent à stimuler le lobe occipital et le 3ème Ventricule du cerveau (chambre de cristal, le canal central de la moelle vertébrale y mène directement).

La glande hypothalamus forme le seuil et une partie des murs latéraux du 3ème ventricule, et la glande pituitaire (hypophyse) est reliée à l’hypothalamus. Ces 3 glandes constituent un lien essentiel entre le système nerveux et le système endocrinien.

Le canal central de la moelle épinière mène directement les deux systèmes de contrôle majeur du corps au 3ème ventricule du cerveau: l’hypothalamus reçoit des influx sensoriels des viscères et agit comme l’intermédiaire principal entre le système nerveux et le système endocrinien.

L’hypophyse et l’hypothalamus sont étroitement liés et influencent fortement l’activité des glandes endocrines (pinéale, thyroïde, parathyroïdes, thymus, surrénal, pancréas, ovaires, testicules).
La stimulation agit comme un agent curatif naturel du corps.
En Qi gong, on parlera de « Régulation du système endocrinien » ou « transformation du sperme en Qi ».